Qu’est ce que c’est que ça ?

SPNKmag est un blog de musique au nom imprononçable qui a pour vocation de dénicher les morceaux urbains et alternatifs du moment.

D'ailleurs, toute personne réussissant à prononcer le nom de ce blog se verra remettre en mains propres trente-trois mille deutschmarks ainsi qu'un coupon de réduction pour la piscine municipale de son choix.

livioroby

L’Agenda d’Emi #13

Bonjour 2016 !
Que cette nouvelle année soit encore et toujours guidée par les découvertes et les innovations musicales.

Après quelques semaines d’absence pour l’Agenda d’Emi, il est temps de retourner tranquillement vers les clubs strasbourgeois pour évacuer tout le foie gras et la galette des rois ingurgités. Mais je sais que vous n’attendiez pas l’agenda pour commencer à vous échauffer. Alors sans plus attendre, voici la première sélection de la cuvée 2016 pour commencer l’année de la meilleure manière qu’il soit.

 

VENDREDI 08 JANVIER

Quand il s’agit de minimale, la Roumanie a su s’imposer comme étant le premier pays exportateur d’artistes confirmés.
Ces dernières années, l’Europe de l’Est s’est doucement relevée et a su s’affranchir d’un régime totalitaire communiste. Sous le régime soviétique, la censure battait son plein. Quelques rares individus bravaient les interdits pour écouter la musique créée et écoutée par-delà les frontières, s’inscrivant ainsi pleinement dans un esprit underground contestataire.
Désormais cette région d’Europe est probablement l’une des plus prolifiques culturellement et musicalement parlant. Sous l’influence notable de la scène techno allemande, la Roumanie est une référence pour tous les connaisseurs de musique électronique, se plaçant entre tradition et innovation.
Ce pays compte en son sein les plus grands artistes contemporains de minimale : Barac, Praslea et Raresh ou encore Petre Inspirescu et DJ Rhadoo pour ne citer qu’eux. Mais attention à ne pas tomber trop vite dans la généralité. Si pour beaucoup minimale va de pair avec la Roumanie, fort est de constater que le public strasbourgeois et les acteurs de la scène musicale en sont très friands. En 2015, nous avons notamment pu écouter les sets de Barac et du duo Praslesh – Raresh et Praslea – lors de différents évènements.

Et la venue du duo Livio & Roby invité pour la prochaine édition des soirées UNBOXED au studio Saglio par l’association D-Box events nous confirme une fois de plus cette tendance.

Effet de mode ou réel engouement ?
On pourrait croire que désormais, inviter un DJ et producteur roumain est gage de réussite lorsqu’on organise des soirées. Néanmoins, de nombreux artistes strasbourgeois s’inspirent pleinement de la micro-house et de la minimale roumaine pour leurs productions. Le Dj et producteur strasbourgeois Varhat, qui se cache derrière le macaron blanc de la première release du label Hostom, en est un parfait exemple. Le disque HOSTOM 001 a été joué par Raresh au Maraton en septembre. D’ailleurs, le label Hostom a annoncé la sortie prochaine d’HOSTOM 002 et qui a déjà été jouée par Rhadoo !
Il faut donc bien garder à l’esprit que chaque ville est plus ou moins influencée par un genre musical donné. Et Strasbourg semble porter de plus en plus d’intérêt à la minimale roumaine.
Une chose est sûre, 2016 sera comme 2015, placé sous le signe d’une scène minimale de qualité pour le plus grand plaisir des amateurs du genre.

Et le talent de Livio & Roby est indéniable. Par l’influence de la minimale allemande, leur style musical se veut plus festif, plus proche des raves berlinoises tout en gardant l’aspect épuré, ambiant et mystique de la minimale made in Romania.

Avec déjà plus de 10 ans de carrière à leur actif, Livio & Roby se produisent partout dans le monde, en Amérique jusqu’en Asie, en passant par l’Europe. Ce duo est un digne représentant de la minimale roumaine. La grande qualité, qui plus est constante de leurs productions, leur ont permis de signer sur de très nombreux labels tels que Cecille Numbers, Drumma, Viva Music, Vakant ou Desolat – et la liste est encore longue. Producteurs prolifiques, ils n’ont pourtant sorti à ce jour qu’un seul LP en 2008 sur Viva Music, Sperenta. Les gars, si vous passez par là, sachez qu’on attend un album de pieds fermes.

La scène est pour eux, une étape tout aussi primordiale dans leur processus créatif, que les sessions en studio. En témoigne, leur projet parallèle connu également sous le pseudonyme Premiesku AKA Monochrome, un projet studio et en live qu’ils proposent grâce au trio qu’ils forment avec le DJ/producteur roumain George G. Ils ont sorti leur premier album Indirect, sur Desolat en 2012, largement salué par leurs pairs.

C’est suite à leur rencontre avec Loco Dice, qui les font signer sur Alife Artists agency, que sort le titre Mystique. Ce titre est très représentatif de leur univers musical. Les rythmes tribales et les chants rituels témoignent de l’ouverture d’esprit et de leur recherche constante à innover tout en s’inscrivant dans l’héritage de la culture musicale roumaine.

Pour compléter la line-up, Dark Fela (co-fondateur des soirées Bugz Night), Albi (We love), KmZ (D-Box), Nikita Sisov ( Berg Audio et résident pour Souldancer)

Le prix d’entrée est de 12€ avant 1h et 15€ en caisse du soir.

Alors, envie de partir en Roumanie pour les prochaines vacances ?
Une petite dernière pour la route?

Partagez : 

À voir aussi

  • L’Agenda d’Emi #10
    que des #10 dans ma team
  • L’Agenda d’Emi #9
    Jack Wickham